Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page

C’est bien beau d’avoir un skateboard mais maintenant il faut s’en servir. Mais par quoi commencer ? Sans être impérative, la liste qui suit permet de doter le nouveau skateur des notions de base indispensables pour bien débuter et progresser logiquement. Le but de cet article n’est pas d’apprendre chaque étape mais d’expliquer la progression nécessaire pour maîtriser les bases du skate.

skateur qui tourne

Bien débuter en skate en apprenant les figures dans le bon ordre

Savoir tenir en équilibre à l’arrêt

Avant toute chose, le skateur débutant doit comprendre que l’équilibre et la précision des mouvements est fondamentale. Pour cela, la première chose à faire est de connaître le bon placement des pieds qu’il est nécessaire d’avoir : se positionner pour pousser et se positionner pour se laisser rouler.

Généralement, le premier exercice d’équilibre consiste à monter sur le skate, rester en équilibre et redescendre. Il existe pas mal de variations pour monter et descendre de sa planche (pied avant d’abord, pied arrière d’abord, en sautant…). Si le skate bouge trop sous les pieds, c’est certainement que les trucks sont trop desserrés. Il convient alors de les resserrer un peu (ils seront réajustés plus tard).

Savoir pousser et rouler

Une fois que le pratiquant a pris un peu confiance en lui et que la planche reste bien sous ses jambes, l’étape suivante consiste à rouler. Comme il n’est pas forcément évident de passer de l’étape ou l’on pousse (un seul pied sur le skate) à l’étape ou l’on roule (avec les 2 pieds sur la planche), il faut dissocier ces 2 apprentissages.

  • Apprendre à pousser tout d’abord avec le pied avant sur la planche.  Souvent la planche sera devant le skateur et l’impression sera d’être à la traîne derrière le skate. La poussée est finalement acquise lorsque le skateur a suffisamment d’équilibre pour se maintenir bien au-dessus de la planche et rester quelques instants sans toucher le sol de son pied arrière.
  • Apprendre à rouler. En se plaçant sur une légère pente et en mettant directement les 2 pieds sur la planche puis en se laissant rouler. Évidemment, la pente sera légère et la zone sécurisée…
  • Apprendre à pousser et rouler. On enchaîne les 2 étapes précédentes. La difficulté consiste à bien placer son pied arrière et à faire tourner son pied avant afin de le mettre dans la bonne position.

En quelques jours, ces étapes seront acquises.

Savoir s’arrêter

Tellement évident mais tellement fréquent de vouloir griller les étapes. Savoir s’arrêter est indispensable et peut être fait de plusieurs façons : en sautant de sa board, en freinant avec un pied, en faisant glisser ses roues, en frottant le tail par terre et pour les débutants, souvent, en attendant que le skate n’ait plus de vitesse.

La technique a travailler pour débuter concerne le freinage avec le pied arrière. Cela nécessite de l’entraînement et ne se maîtrise pas en une séance. Par contre, une petite semaine de pratique permet de valider un freinage plutôt efficace.

Savoir tourner

Maintenant que le skateur sait rouler, il faut tourner. Il existe 2 techniques majeures :

  • En appuyant sur les talons / pointes de pieds afin de faire tourner les trucks sans lever les roues. Idéal lorsque la planche a de la vitesse.
  • En soulevant légèrement le nose et en appliquant une petite rotation des épaules et des hanches. Recommandé à faible allure.

Ici, c’est un peu plus difficile. Il y a 2 sens pour tourner (en front, en back – on ne dit pas à droite ou à gauche car suivant la position des pieds et le sens, ça ne veut rien dire) et 2 techniques à apprendre. La première technique nécessite de la vitesse. La seconde nécessite de l’équilibre. Il faut apprendre les 2.

Se mettre en position de drop et revenir sur les 4 roues. Faire le tic-tac

Dernière série de petits exercices avant de passer aux « vraies » figures.

  • La position de drop : Il s’agit de se placer sur le skate avec les 2 pieds positionnés (pied avant sur les vis, pied arrière sur le tail) et d’appuyer fort sur le tail afin de tenir en équilibre sur le tail qui touche par terre et sur les roues arrières seulement. C’est la position de drop. Puis, en appuyant fort sur le pied avant, remettre les 4 roues en contact avec le sol. Puis recommencer. Plusieurs fois.
  • Faire le tic-tac : À l’arrêt, les 2 pieds sur le skate, il faut impulser un mouvement à la planche vers l’avant tout en engageant un virage en soulevant le nose. Puis reposer les roues avant. Puis engager un nouveau virage en soulevant le nose mais en tournant dans l’autre sens. Et ainsi de suite. La planche va donc se soulever et se reposer et le skate va successivement se déplacer de droite à gauche et avancer en canard.

Le tic-tac est un exercice d’équilibre difficile car il combine de nombreux mouvements : avancer, tourner, soulever le skate.

Faire le ollie. Faire des wheelings

Les bases sont acquises. La suite est plus intéressante.

  • Le ollie : c’est la figure emblématique. Incontournable. Il faut compter quelques jours pour arriver à décoller des mini-ollies et de nombreux mois avant de le réussir quasiment à tous les coups.
  • Les wheelings ou manual : il s’agit d’exercices d’équilibre consistant à rouler sur seulement 2 roues (les roues avant ou les roues arrière). Avec des trucks très serrés, certains font même des wheelings à une seule roue. C’est ludique et ça permet de bien travailler l’équilibre.

Rouler sur tous les modules en skatepark et savoir pomper

Enfin, le skatepark. Il faut désormais savoir rouler sur tous les types de modules, de gérer les changements d’angles, les cassures et de bien adapter la position de son corps pour savoir amortir, ne pas perdre de vitesse (et même en gagner) et être à l’aise. Apprendre à garder sa vitesse en courbe (savoir pomper) est l’étape indispensable pour pouvoir exploiter correctement les modules courbes. Enfin, pour les skateurs qui ont envie de faire de la courbe, c’est aussi à cette étape que l’on apprend le vrai drop (celui depuis le haut d’un module).

Commencer les rotations et les variantes d’ollie

Dès que le ollie est acquis, il est possible de jouer avec ses variations simples.

  • On peut essayer les ollies en roulant en marche arrière mais aussi en inversant la position des pieds : le pied avant vient sur le nose et le pied arrière sur les vis arrières (en nollie, en switch).
  • Les premières rotations (la planche en même temps que le skateurs) peuvent enfin débuter. Les 180 sont désormais accessibles.

Commencer les rotation skateur/planches dissociés

On complique encore un peu plus. L’objectif est désormais de faire tourner la planche sans le skateur. En se désolidarisant de sa planche, le skateur peut agrémenter ses sauts de variations ou seule la planche tourne. Il existe 2 types de rotations :

  • La planche tourne à plat (on voit toujours le grip) : c’est la famille des varial / shovit.
  • La planche tourne sur elle-même (on voit alternativement le grip et le dessous de la planche) : ce sont les fliptricks

Commencer les slides

On arrive au bout ! Avec des ollies bien maîtrisés et une bonne notion d’équilibre vient le temps des slides. Les glissades skate/matériaux nécessitent de la précision dans les sauts, de la vitesse et une bonne gestion de son corps dans l’espace. On distingue :

  • Les slides : sur le bois. Les plus simples à réaliser sont les nose-slide et les boardslide (sur le milieu de la planche).
  • Les grinds : sur les trucks. Le 50-50 grind est le plus simple à réaliser (grind sur les 2 trucks en même temps).

Photo : Stig Nygaard