Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page

C’est une question qui revient très fréquemment : pour se promener, que faut-il choisir comme type de board, un penny, un longboard, un skate de figures ?

Tout d’abord, Penny est une marque. Avec différents modèles. Demander si un Penny est bien pour telle ou telle pratique n’a pas vraiment de sens. À la limite, il faut poser cette question en fonction du modèle. La marque Penny fabrique des skateboard de type cruiser. Les planches de Penny se caractérisent par leur côté rétro, leurs couleurs flashy des skates des années 60 et des prix plutôt élevés.

La bonne question est donc : pour la balade, que faut-il préférer entre un cruiser, un longboard et un skate de figures ?

longboard à pleine vitesse

Quel skate choisir pour la balade ?

Pour connaître les différences entre ces 3 types de planches, voir la page dédiée. Ensuite, c’est surtout le type de balade et les spots de pratique qui vont déterminer la planche idéale.

Skateboard de figure : pas adaptés pour la balade

Les skateboards de figure ne sont pas faits pour de longues balades. Ils sont nerveux, précis et maniables mais servent à se déplacer entre les spots. Autant il est pratique de skater une shortboard pour sauter les obstacles et effrayer les mamies, autant, la dureté des roues et leur taille non adaptée rendent les déplacements pénibles. De plus, tout vibre et fait du bruit. Pour la balade, le skate de figure est à proscrire.

Cruisers : bien pour les petits déplacements

Les cruisers sont parfait pour les petites balades (moins de 5km) et les parcours chargés. Ils permettent de rouler de façon agréable, d’aller vite et de tourner sec. Très maniables et silencieux, ils permettent de se déplacer sur les trottoirs larges même lorsqu’il y a du monde. Ceux qui sont équipés d’un grip et d’un tail relevé permettent même de faire des ollies et sont un compromis idéal avec un skate de figure. Parmi les cruisers, on peut distinguer :

  • Les petits cruisers (style « Penny » – référence au modèle phare de la marque) : ces toutes petites boards ont un grand intérêt. Il sont légers, facile à transporter et ne craignent pas trop la météo. La board est souvent en plastique et les roulements durent… le temps qu’ils durent. Par contre ces skates sont silencieux et vont vite. La praticité est l’argument principal ici. Leur principal défaut est la place disponible pour les pieds. On s’y sent vraiment à l’étroit et à part rouler on ne fait pas grand chose. Et côté sécurité, les petits cruisers ne sont pas les mieux placés : sans grip, peu stables, il se fontre battre à plate couture par tous les autres type de skate.
  • Les grands cruisers : ils ressemblent à de petits longboards. Souvent de bien meilleure facture que les cruisers évoqués juste au dessus, ils sont plus grands, plus lourds et plus chers. Parfois en bois, avec une forme de board plus travaillée (du concave, un ou deux côtés relevés), ces cruisers sont les plus plaisants à rouler. Les roulements, les roues, les trucks, tout est mieux étudié et ils avalent beaucoup plus facilement les kilomètres.

Longboards : pour les longues balades en terrain dégagé

Les longboards excellent sur les plus longues distances. Plus longs que tous les autres skate, ces planches sont faites pour la vitesse, l’endurance et le moindre effort. Les roues sont plus grosses, les trucks et la planche sont plus larges. On est ici vraiment à l’aise aussi bien durant la poussée que pendant les phases ou les 2 pieds sont sur la planche. Et plus la vitesse est importante, plus le longboard marque des points face aux autres skate. Le matériel est plus cher mais la qualité est bien là.

Leurs contraintes sont : un encombrement réel, un prix important et une limitation aux spots les plus dégagés. Difficile de slalomer au milieu des passants. Par contre, sur piste cyclable ou sur des trottoirs vraiment larges avec pas mal de visibilité pour pouvoir appréhender les manoeuvres et tourner à temps, c’est génial.

Photo : DieselDemon