Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page

Savoir pousser c’est bien. Savoir s’arrêter et freiner est tout aussi indispensable. Et pour la sécurité, c’est plus que nécessaire. Pour freiner et s’arrêter, les techniques sont peu nombreuses et pas trop difficiles à acquérir.

powerslide pour freiner

Backslide powerslide en longboard. La même technique fonctionne en skate classique

Apprendre à freiner et à s’arrêter en skateboard

  • Le plus simple : ne plus pousser. Pas vraiment une technique et pas la plus efficace. Trouver une montée n’est pas non plus une technique viable 😉
  • Sauter de la board. C’est la technique la plus déconseillée. Ça fait mal, on n’est pas du tout maître de la board qui peut partir sur la route, dans la mémé qui n’a rien demandé et qui va finir à l’hôpital ou dans nos propres chevilles… À utiliser pour certains freinages d’urgences ou il n’y a plus d’autres possibilités.
  • Faire des virages. Ce n’est pas le plus efficace, mais ça permet de retarder l’arrivée par rapport au ride en ligne droite. Ici, on ne freine pas réellement mais si les trucks sont bien desserrés, on peut tourner franchement et enchainer les virages et parcourir plus de distance qu’en allant tout droit.
  • Frotter le tail par terre. Ça demande un peu d’équilibre mais l’idée est de poser le tail et/ou le talon au sol afin de freiner. Ça marche plutôt bien, c’est fun mais ça use beaucoup beaucoup trop le tail (ou le talon de la chaussure ou les deux). À réserver aux surfaces ultra lisses (modules en bois) et aux planches pourvues de tail bone. Il y en a des exprès qui permettent de faire des étincelles…
  • Ralentir avec le pied. C’est exactement la même technique que pour pousser sauf qu’au lieu de pousser, le pied propulseur va plaquer au sol et amortir la vitesse. Cette technique est assez facile à acquérir et fonctionne bien.
  • Ralentir en faisant glisser le pied. Le pied propulseur touche le sol comme pour pousser sauf que la semelle frotte contre le sol. Cela permet d’augmenter la friction et ralentit. Inconvénient : en étant mal positionné, cette technique peut faire mal au genou et surtout, ça use les semelles.
  • Déraper. C’est le fameux powerslide. Efficace. Mais de loin la technique la plus difficile à acquérir. Ce dérapage se fait dans tous les sens mais c’est en frontside (lorsque l’on voit ou on va) que c’est le plus facile. Ici, il faut bien se pencher en arrière, tourner sec et faire glisser les roues. Pour cela, tout le poids doit se porter sur les roues du côté « arrière ». Avant la figure, le corps s’accroupit un peu puis lors du tricks, il faut mettre la planche perpendiculaire puis se tendre, s’alléger et se pencher en arrière. À noter que c’est beaucoup plus facile sur un sol super lisse (marbre, béton de skatepark) ou sur un sol mouillé. Des roues bien dures aident aussi. Attention aux chutes en arrière qui font mal aux fesses et aux poignets.
  • Freiner en bluntslide. Clairement pas une technique de débutant. Il s’agit de faire powerslide mais uniquement sur 2 roues (sur le truck arrière ou avant).
  • Lancer un ollie et attraper sa board par le nose… et continuer à pied. Il faut déjà bien maitriser le ollie.

 

Photo : Felipe Barrientos