Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page

Le skateur a souvent besoin de conserver la vitesse acquise en poussant avec ses pieds et pour cela il existe une technique de courbe qu’il est assez facile d’acquérir et d’appliquer en street et en skatepark.

Pourquoi pomper ?

Le skateur peut avoir besoin de conserver ou de gagner de la vitesse dans plusieurs cas de figure :

  • Pratique de la courbe : poser le pied pour pousser est inefficace en courbe (rampe, bowl…)
  • Pas le temps de poser le pied pour pousser : parfois pousser avec le pied prend trop de temps et ne permet pas de se préparer en toute sérennité au trick suivant
  • Par simplicité : plutôt que de s’embêter à pousser, pourquoi ne pas utiliser la technique du pompage qui est plus sure, plus rapide et plus efficace ?

Sur la vidéo, un débutant qui apprend à pomper. C’est un peu longuet mais à partir de 8min30, le skateur a compris le truc…

Comment pomper en skateboard ?

Pomper revient tout simplement à faire le même mouvement qu’en balancoire :

  • S’alléger lorsque l’on monte
  • Appuyer fort lorsque l’on descend.

En jouant sur le poids qu’il impose à sa planche grâce à ses cuisses notamment, le rider va facilement accompagner le mouvement naturel de sa planche et transformer son propre poids en atout : au lieu d’être un poids mort pour le skate, le skateur utilise l’énergie cinétique accumulée par son propre mouvement et la transmet à la planche pour la transformer en vitesse.

La technique du pompage vient assez vite. En quelques dizaines de minutes, n’importe quel skateur peut arriver à conserver son élan sur une micro / mini rampe. Et ça fait mal aux cuisses !

En fait, la clé du pompage consiste à faire le mouvement au bon moment : trop tôt ou trop tard et c’est l’inverse qui se produit avec forte perte de vitesse. Enfin inutile de tenter d’apprendre à pomper si vous ne tenez pas sur la planche.

La technique du pompage en skate en 5 étapes

Pour s’initier au pompage, l’idéal est donc de

  1. se placer sur le plat d’une mini rampe et de pousser suffisamment fort avec ses pieds puis de se positionner correctement sur sa board. Correctement positionné le skateur roule droit (aussi bien en avant qu’en arrière).
  2. Dès que le skateur arrive à la fin du plat il doit s’alléger et se grandir sur sa planche.
  3. Une fois que la planche n’a plus de vitesse, il faut appuyer sur ses cuisses et s’accroupir un peu.
  4. De nouveau sur le plat, le skateur se remet en position normale.
  5. Et ainsi de suite.

Vidéo de Tony Hawk et Kris Markovitch qui montrent comment pomper.

Quand pomper ?

  • En courbe : tout le temps ou l’on souhaite garder ou prendre de la vitesse. En s’allégeant lorsque ça monte et en poussant sur ses cuisses lorsque ça descend.
  • En skatepark : sur les modules en s’allégeant lors des montée et sur les plats (même les modules sans courbe) et en appuyant sur sa board dans les descentes. La technique du pompage marche particulièrement bien sur les whoops et les modules descente / plat / descente.
  • En street : En utilisant les déclinaisons du sol notamment les petites bosses que constituent les liaisons entre le trottoir et la route et en s’allégeant sur les cassures et les obstacles.

Et une dernière vidéo pour la route.

Mieux pomper

Les riders expérimentés utilise la technique du pompage sur tous les tricks possibles. En courbe, le virage (quickturn) ou mieux le carve peuvent être combinés avec le pompage de même que les grinds, slides ou airs. En street, le skateur qui est à l’aise à la réception d’un trick sur un module en pente peut profiter du replaquage pour pomper…

Pomper en longboard

Il existe aussi une technique particulière adapté aux planches de longboard et slalom. Le pompage en longboard utilise l’enchaînement de virage et la flexibilité de la board pour gagner de la vitesse. Technique que l’on ne peut pas appliquer en shortboard à cause des planches trop rigides.