Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page
skateur agé en bowl

La courbe c’est top pour les skateurs en surpoids

Être en surpoids est pénalisant pour la majorité des sports car le corps doit supporter des masses qui ne sont pas utiles. Le muscle permet de réaliser des mouvements, pas la graisse. Et à part le sumo, je ne vois pas vraiment de sport ou la graisse est vraiment utile. En rugby ou dans les sports de combat, le poids peut être un atout mais les pratiquants travailleront tout le temps dans l’objectif de gagner du muscle et de perdre du gras. l’IMG (indice de masse grasse) est un des indicateurs que surveillent ces athlètes de haut-niveau.

En skateboard, si l’on vise la performance, être trop gros est donc gênant. Mais pour la majorité des pratiquants, le poids n’a pas d’influence : ça n’enlève ni le style ni les performances. D’ailleurs en vieillissant, beaucoup de skateurs se laissent pousser le ventre 😉 et cela ne nuit pas vraiment à leur pratique.

Surpoids et skateboard, les 7 points clés

  1. Il y a plus de casse de matériel : la planche subit de lourdes contraintes avec toutes les figures que les skateurs leur imposent. C’est d’autant plus vrai que les réceptions ne sont pas toujours parfaites. Un pratiquant lourd cassera plus de matériel qu’un poids plume. C’est vraiment le poids qui est en cause ici : être grand et maigre ou petit et enrobé aura le même impact sur la planche sur la balance indique le même nombre de kilos. Un skateur lourd priviligiera un matériel plus large (et donc plus solide).
  2. Il y a plus de casse sur le skateur : un corps de 50 kilos qui fait une mauvaise chute aura moins de dégats qu’un corps de 90 kilos qui fait la même chute. Les points de compression, de frottement, , d’étirement doivent absorber le poids du corps. Un skateur lourd impose plus à son corps qu’un skateur léger. Les os, les tendons, les ligaments, les muscles souffrent plus lorsque l’on est un poids lourd. Le dos, la ceinture abdominale, les genoux… tous ces endroits souffrent et le skateur en surpoids doit être doublement vigilant. Cela passe aussi par une meilleure connaissance de son corps et la réalisation d’exercices.
  3. Il fait plus chaud : être en surpoids peut donner plus chaud. Pas très grave mais pas super agréable.
  4. Le surpoids peut gêner certains mouvements : Difficile d’avoir les mêmes positions extrêmes avec beaucoup d’amplitude ou en étant complètement compressé que lorsque l’on a pas un pet de graisse (pour certains grabs, pour les records de saut…). Il faut bien caser son corps quelque part et parfois, ça gêne.
  5. Le corps souffre lorsqu’il doit porter des poids morts : Les articulations, le souffle… les problèmes de santé liés au surpoids sont bien connus. Être en surcharge pondérale est difficile pour le corps. Il est déconseillé de passer d’aucune activité physique à une activité à risque (le skateboard est une activité à risque). Pour éviter les blessures, il vaut mieux commencer tout doux. Pour le skate, ça peut être d’abord d’apprendre à bien rouler, améliorer son souffle et sa souplesse avant de passer à la courbe puis au street.
  6. Les plus lourds préféreront la balade ou la courbe : les chocs sont moins violents et le cardio plus intense (on brûle plus de calories). En apprenant à bien tomber (en glissant sur les protections), le pratiquant évite la plupart des petits chocs qui caractérisent le skate « street ».
  7. Il vaut mieux être lourd en cas de collision avec un autre pratiquant : quand 2 skateurs se rentrent dedans, mieux vaut être le plus lourd. Le petit se fait habituellement éjecter. Par contre, contre un obstacle qui n’est pas mou (un poteau, un vélo, une voiture, une rambarde), peu importe le poids, c’est rarement le skateur qui gagne…

Pas de troll ou de méchancetés gratuites en commentaires, merci.

Photo : Miles Gehm