Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page

En skateboard, il y a deux façons de pousser sa planche lorsque l’on a un pied dessus.

  • La façon classique revient à laisser son pied avant proche de la visserie avant et pousser avec son pied arrière. Une fois la poussée finie avec le pied arrière, ce dernier vient se placer directement sur le tail. Un regular laisse donc son pied gauche proche des vis de l’avant de sa planche pour pousser alors qu’un goofy laisse son pied droit.
  • Le skateur qui pousse en mongo utilise son pied avant pour pousser. Un regular mongo pousse avec son pied gauche alors que son pied droit reste sur la planche. Un goofy mongo pousse avec son pied droit alors que son pied gauche reste sur la planche.

Outre les considérations esthétiques que l’on ne juge pas (beaucoup diront que pousser en mongo c’est moche), pousser en mongo entraîne plusieurs problèmes :

  • Planche moins facile à diriger. Comme le pied qui est sur la planche est située à l’arrière de la board, la planche est moins stable et peut plus facilement partir de travers ;
  • Moins de puissance, moins de vitesse pour préparer un tricks. Ça c’est embêtant. Et lorsqu’il faut pousser fort parce que la zone d’élan est restreinte ou qu’il faut être le plus efficient possible, une poussée classique battra toujours une poussée en mongo ;
  • Une étape supplémentaire dans la poussée (replacer le pied à l’avant + déplacer le pied arrière sur le tail). La poussée en mongo n’est pas le meilleur geste pour pousser. À relativiser : rares sont les conditions ou gagner quelques centièmes ou quelques centimètres font la différence en skateboard.

Ceci dit, certains très bons riders poussent en mongo. Soit parce qu’ils ont appris ainsi et ne veulent pas changer. Soit plus fréquemment lorsqu’ils sont en switch et qu’il est plus pratique de pousser avec son pied habituel.

Mongo : faut-il ré-apprendre à « pousser en normal » ?

Pour ceux qui souhaitent arrêter de pousser en mongo pour avoir une meilleure poussée, tout n’est pas perdu avec la mauvaise habitude prise. Il faut ré-apprendre à pousser en plaçant différemment ses pieds. Le temps d’adaptation sera long (en mois) avant de se sentir vraiment à l’aise.

Mais avantage indéniable de l’ambidextrie : pousser en switch sera plus aisée. Moins visible, être ambidextre des pieds facilite l’apprentissage des tricks en switch mais aussi dans le sens classique : c’est une des miracles de la plasticité du cerveau…

Photo : Albert Izquierdo