Bien débuter et progresser en skateboard
Sélectionner une page
slappy nose slide

Slide sur le nose sans faire de ollie

Pas forcément besoin de maîtriser le ollie pour commencer les premiers slides et grinds. Au moins 3 techniques existent qui permettent de déraper avec son skate sans décoller les roues.

Bien sûr, ces figures ne sont pas aussi recherchées que celles avec ollie et ne permettent pas toutes les variations possible mais elles permettent de s’initier à la glisse en déséquilibre (sur les roues, sur la planche, sur les trucks) et sont plutôt drôles à faire.

Powerslide, le slide sur les roues

C’est le plus facile à tester mais attention aux chutes. L’idée est d’utiliser une surface glissante et de faire déraper les roues.

La technique consiste à arriver face à la zone de glisse et à faire déraper ses roues arrières afin de placer sa planche à 90 degrés avec le sens de déplacement. En dosant habilement le poids sur les roues et la position du corps (en retrait de la board – mais pas trop), la planche va se mettre à déraper.

Deux erreurs que rencontrent les débutants avec cette figure :

  • Trop se pencher en arrière et tomber en arrière ;
  • Ne pas assez se pencher, bloquer net et chuter vers l’avant.

Pour faciliter l’apprentissage de cette figure, l’idéale de tester sur une zone bien lisse. Cela permettra de bien glisser, de ne pas abîmer les roues et de ne pas avoir besoin de trop de vitesse.

Une fois que la technique est maîtrisée, pleins de variations sont possibles :

  • Sur 2 roues seulement sur l’avant ou sur l’arrière (en bluntslide) ;
  • en faisant le virage initial dans l’autre sens (backside ou frontside) ;
  • avec une sortie en fin de powerslide (marche arrière par exemple ou faisant tourner la planche sans le corps) ;
  • Faire le powerslide sur différentes surfaces : à plat, en descente, avec un ollie avant, sur une zone très glissante (waxée ou sur une flaque gelée…) mais aussi en courbe (plus on va vite et plus on est haut dans la courbe, plus le powerslide est facile et fun).

Slappy grind et slappy slide

C’est une très vieille figure. Elle existait avant que le ollie existe. Pour y arriver, il faut juste un bout de trottoir bien waxé. Idéalement, le trottoir doit être bas et doit avoir une entrée et une descente.

Slappy grind en skate

Le slappy grind se fait sur les trucks. Si le trottoir a une entrée (c’est à dire qu’il commence au même niveau que le sol et qu’il s’élève progressivement ensuite), il suffit de se diriger droit dessus et de bien viser pour caler les 2 trucks sur l’angle que forme le trottoir. Comme les trucks vont accrocher contre l’angle, il faut s’alléger et prévoir d’être ralenti. On sent alors que les deux matériaux sont en contact et que ça frotte sérieusement.

La sortie se fait plus facilement que la montée en appuyant sur le tail et en tournant pour sortir de l’angle.

Slappy slide

Le slappy slide est plus difficile et peut se faire sur le nose ou sur le milieu de la board. L’idée de base est la même : arriver proche de l’angle et faire glisser sa planche en équilibre. Mais l’équilibre est plus difficile. Pour un slappy nose slide, il faut arriver parallèle au trottoir avec le pied avant déjà placé sur l’avant puis engager un virage, caler le nose contre l’angle et mettre tout son poids sur le pied avant. Plus facile à dire qu’à faire.

Le slappy boardslide est pire. Déjà parce qu’il vaut mieux commencer avec une bordure surélevée de chaque côté et que c’est moins facile à trouver et ensuite parce qu’il faut pouvoir en sortir ! À essayer une fois que les autres variations sont déjà bien acquises.

Slide et grind sur coping de courbe

En courbe ou en skatepark, il est facile d’atteindre des angles et des copings au sommet des modules. On peut y faire des petits slides et grinds qui ne nécessitent pas beaucoup d’engagement. Plus tard viendront les boardslides et les 50-50 qui nécessitent de sortir un peu le corps de la courbe mais en attendant il est possible de se faire plaisir en faisant frotter les trucks sans se déséquilibrer.

  • Le plus tentant est de faire un virage en montant suffisamment haut pour entendre le truck arrière passer sur l’angle / le coping. Attention, risque important de hang-up. Cette figure s’appelle parfois slash grind.
  • Il est aussi possible de faire grinder le truck avant sur le coping et de repartir ensuite en arrière (ou en avant). Cette figure (antismith / nose bonk) nécessite de la vitesse, de l’angle et de ne pas avoir peur de se mettre en déséquilibre mais est relativement sûre.

Photo : Elvert Barnes